ESAN-aisbl
est un réseau européen d'action sociale
qui rassemble
tous ceux qui veulent travailler
à construire une Europe plus humaine
et plus solidaire

réunion du FEAD Posté le 13/07/2018 - Par Liliane Cocozza

ESAN est un réseau d’organisations sociales ,membre de la plate forme des ong proches du FEAD ( Fonds Européen d’Aide au plus Démunis) régulièrement  ESAN est présent aux rencontres et réunions du FEAD – Nous sommes heureux de vous communiquer les comptes rendus de ces réunions et toujours à l’écoute de vos remarques et suggestions pour nous aider dans ce travail qui vise à protéger les plus démunis et les programmes qui visent à lutter contre la pauvreté .
 

 

 

 


"délit de solidarité" ? Posté le 07/07/2018 - Par f

Le Parlement européen veut mettre fin au délit de solidarité en Europe

Seuls 8 États membres bannissent le délit de solidarité de leurs législations nationales. L’outil juridique est souvent utilisé pour poursuivre les citoyens ou les organisations portant assistance aux migrants.

Le délit de solidarité est en train de se généraliser en Europe. Dans une résolution adoptée le 5 juillet, les eurodéputés ont appelé la Commission européenne à mettre de l’ordre dans les règles en matière d’aide aux migrants, utilisées à tort par certains États membres pour pénaliser l’aide humanitaire.

« Nous avons besoin de lignes directrices claires en ce qui concerne l’aide humanitaire. C’est essentiel dans un contexte où des individus et des ONG travaillent d’arrache-pied pour sauver des vies en mer et porter assistance sur terre » a réclamé l’eurodéputé socialiste britannique Claude Moraes, auteur de la résolution.

Porter assistance aux migrants en situation irrégulière peut coûter cher en France où la notion de « délit de solidarité » est en train d’être révisée. Au niveau européen, le débat peine à émerger.

 

La directive européenne adoptée en 2002 sur l’aide à l’entrée, au transit et au séjour irrégulier, prévoit des sanctions dans le cas d’une aide « à but lucratif », une disposition visant les réseaux de passeurs. Parallèlement, la directive prévoit que  les États membres puissent instaurer une exemption totale dans les cas d’aide humanitaire, afin de protéger l’assistance désintéressée portée par les citoyens et les organisations de la société civile.

Exception humanitaire

Mais dans un certain nombre de pays, le texte s’est retrouvé transposé sans l’exception humanitaire, ouvrant ainsi la voie à des poursuites contre les actions de solidarité. Une mise en œuvre dévoyée du texte de Bruxelles selon les eurodéputés, qui appelle la Commission à préciser les choses. Et les États membres à inclure cette exception relative à « l’aide humanitaire » dans leur législation nationale,  que seuls 8 pays de l’UE ont effectivement mise en œuvre.

« La législation européenne prévoit l’exemption de l’assistance humanitaire de la criminalisation, et jusqu’à présent 8 États membres ont fourni des exemptions explicites » a rappelé le commissaire européen à l’Immigration,  Dimitris Avramopoulos lors du débat en plénière le 4 juillet à Strasbourg. Il s’agit de la Belgique, de la Grèce, de l’Espagne, de  la Finlande, de l’Italie, de Malte, du Royaume-Uni,de la Croatie et de l’Irlande.

 

En France, la nouvelle loi Asile-immigration a revu à la marge le « délit de solidarité », en excluant des sanctions les militants fournissant soins, hébergement ou nourriture aux migrants sans contrepartie lucrative.

Après une semaine de débat, le projet de loi asile immigration a été adopté en première lecture par les députés français. Certaines dispositions pourraient s’avérer contraire au droit européen. (1)

 

En Italie, le tour-de-vis sur le délit de solidarité vise davantage les bateaux affrétés par les ONG en Méditerranée. Dans la foulée de la crise de l’Aquarius,  le navire Lifeline et son équipage s’étaient vus menacés  de poursuite pour complicité d’immigration clandestine en cas de débarquement dans un port italien.

En Hongrie, les députés viennent d’adopter une nouvelle loi sanctionnant durement l’aide aux migrants. Le texte, qui fait partie du paquet législatif « Stop Soros », prévoit une peine pouvant aller jusqu’à 1 an d’emprisonnement contre toute personne portant assistance à une personne entrée illégalement en Hongrie depuis un pays n’appartenant pas à l’espace Schengen, sauf en cas de « danger immédiat ».

 

 

(1) Il y a quelques mois, un agriculteur était condamné à de la prison avec sursis pour être venu en aide à des migrants à la frontière franco-italienne; vendredi 6 juillet 2018, le Conseil constitutionnel lui a donné raison en faisant prévaloir le principe de fraternité, faisant ainsi sauter ce qu'on appelle communément le délit de solidarité.

 

 


mineurs non accompagnés Posté le 17/06/2018 - Par f actualités de 'UE

Eurostat publie les statistiques sur les mineurs non accompagnés (MNA) ayant déposé une demande d'asile dans un pays de l'Union européenne en 2017. Ils montrent une forte baisse, pour la seconde année consécutive, après le pic de la crise migratoire de 2015. Si la tendance à la décrue semble ainsi installée, il reste néanmoins que ces chiffres ne représentent qu'une partie de la réalité.

 

uploaded/eurostat_mineursnonacc.pdf


consultation citoyenne Posté le 09/06/2018 - Par f

 

Accéder à la consultation citoyenne (jusqu’en octobre 2018) sur l’Europe

et au site pédagogique

« Quelle est votre Europe ? »

 

https://www.quelleestvotreeurope.fr/je-participe.html

 

 

 


RGPD Posté le 27/05/2018 - Par f

 

 

 

 

Le 25 mai 2018  le nouveau règlement général sur la protection des données (RGPD) de l'Union européenne entre en vigueur.
Pour rappel, nous n'utilisons votre adresse de messagerie que pour vous envoyer des invitations à nos divers événements ainsi que des informations concernant les activités de l'association. Nous nous assurons que vous ne recevez pas d'emails promotionnels ni d'emails basés sur ces données. 
Si vous souhaitez continuer à recevoir de notre part ces informations, vous n’avez rien à faire. Dans le cas contraire,  vous avez la possibilité de vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de désabonnement figurant au bas de chaque mail que nous vous adressons, 

bien à vous

 

 

On May 25th, 2018 the new general regulation on the data protection ( RGPD) of the European Union comes into effect.
As a reminder, we use your e-mail address only to send you invitations to our diverse events as well as information concerning the activities of the association. We make sure that you do not receive promotional emails nor emails based on these data.
If you wish to continue to receive from us this information, you have to make nothing. Should the opposite occur, you have the possibility of unsubscribing you at any time by clicking the link of unsubscription appearing at the foot of every e-mail which we send you,

 

 

El 25 de mayo de 2018 el nuevo reglamento(pago) general sobre la protección de los datos (RGPD) de la Unión Europea entra vigente.
Para recuerdo(recogida), utilizamos su dirección de mensajería(despacho de diligencias) sólo para enviarle invitaciones a nuestros acontecimientos diversos así como informaciones que conciernen a las actividades de la asociación. Nos aseguramos que usted no recibe ni correos electrónicos promocionales ni correos electrónicos basados en estos datos.
Si usted desea continuar recibiendo de nuestra parte estas informaciones, usted no tiene que hacer nada. En caso contrario, usted tiene la posibilidad de usted désinscrire en cualquier momento haciendo clic en el lazo de desabono que figura bajo cada e-mail que le enviamos(dirigimos),


1 2 3 4   Page suivante