YEZIDIS : Urgence humaniste

 YEZIDIS : Urgence humaniste 

 

un message de Jean-Michel CAUDRON, 

membre des  OING dotées du statut participatif au conseil de l’Europe

 

 

 

 

Je viens de recevoir ce message de la jeune artiste anthropologue Miléna Kartowski-Aïach, pour que les Yézidis actuellement bloqués à Leros (où ils ne sont pas « relocalisables » au sens de « Dublin », ni expulsables en Turquie car les juges grecs n’estiment pas ce pays « sûr ») puissent obtenir le statut de réfugiés de guerre en France.

En effet, leur vie peut basculer vers encore plus de cauchemar d’un instant à l’autre, avec les activistes d’« Aube dorée » qui rodent, les ONG au bout du rouleau et la perpétuation des discriminations que les Yézidis vivaient en Syrie de la part des réfugiés syriens musulmans, qui pourraient les prendre comme bouc émissaire de leur situation de fixation sur l’île (cf. sur l’incendie d’un camp de réfugiés à Lesbos : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/09/20/97001-20160920FILWWW00099-grecelesbos-9-arrestations-apres-l-incendie.php).

Pour eux, il y a urgence humaine et humaniste. Les Yézidis forment une minorité confessionnelle (leur religion, monothéiste, venant de Perse, est très ancienne, antérieure apparemment à la religion juive et donc aux religions chrétienne et musulmane) au groupe ethnique kurde. Depuis le 3 août 2014, ils sont victimes d’un génocide perpétré par Daech en Irak et en Syrie. Beaucoup se sont réfugiés en Europe, mais ils sont encore plus de 400.000 dans les camps de réfugiés du Kurdistan irakien.

Certaines embarcations précaires et surchargées de ceux qui ont pu payer des passeurs se sont abîmées en mer avant d’atteindre les îles grecques.

La communauté yézidie présente sur l’île de Leros et qui est détenue dans le hotspot avec 700 autres réfugiés (Syriens, Erythréens, Pakistanais, etc.) avait auparavant demeuré dans le hotspot de Lesbos et dans le camp de Castellorizo.

Discriminée au sein même des camps de réfugiés, la communauté yézidie réfugiée des îles grecques du Dodécanèse a été en grande partie regroupée dans le hotspot de Leros.

Depuis, les Yézidis ont dû faire face aux intimidations d’autres communautés réfugiées musulmanes et s’organiser pour pouvoir survivre.

L’ensemble des réfugiés du hostpot de Leros souffre de sous-nutrition et de mal-nutrition, les repas délivrés n’étant pas en accord avec les besoins journaliers nutritionnels nécessaires.

Par ailleurs,  depuis six mois, aucun programme éducatif n’a été mis en place au sein du camp pour les enfants, les adolescents et les adultes.

Face au désespoir de l’attente, plusieurs réfugiés ont tenté de se suicider, d’autres sont sous traitement neuroleptiques et les cas les plus sévères de dépression ont été envoyés à Athènes.

A la mi-juillet 2016, une révolte violente a éclaté dans le camps, menée par de jeunes hommes réfugiés, et conduisant à la destruction de l’infirmerie, des bureaux, des containers du HCR, des demandes d’asile version papier, de tout le matériel informatique…

Cet incident a donc stoppé toutes les procédures d’asile et établi une tension forte entre la population et les réfugiés.

Les Yézidis sont une petite communauté combative, pacifique, qui porte les études en très haute estime et ne désire rien de plus que de pouvoir s’intégrer dans le pays d’accueil qui les recevra et permettra à leurs enfants d’achever ou d’entreprendre des études supérieures.

Aujourd’hui la communauté yézidie de Leros compte 86 membres dont une très large majorité de jeunes enfants qui n’ont pas été scolarisés depuis plus de deux ans.

Je te joins le lien pour visionner les choralistes yézidis qui chantent à plein poumon « Liberta » en final de Bella Ciao (https://www.youtube.com/watch?v=qXGax1A3Rbs&feature=youtu.be) et celui où ils soutiennent la nomination de Nadia Murd au Prix des Droits de l'Homme Václav Havel de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (https://www.icloud.com/attachment/?u=https%3A%2F%2Fcvws.icloud-content.com%2FB%2FATPBI-7bZVHP1GV5kxc23M83qDxfAWj4BJs8PoenfXMWyYhu1w8CYoyc%2F%24%7Bf%7D%3Fo%3DAkpqNuMDARQvOAG_jIT7YSNUTUXA0H6ip8t06TlWkx-G%26v%3D1%26x%3D3%26a%3DBWSh6zRb6EyZA6vVNgEA_wHIAP8KJwHL%26e%3D1477922574%26k%3D%24%7Buk%7D%26fl%3D%26r%3DF23826C1-8FD2-4B8F-9F8B-C0F41479B62B-1%26ckc%3Dcom.apple.largeattachment%26ckz%3D1DA99D72-BF72-4BE4-AFC8-A7BE0B9C8223%26p%3D2%26s%3DeINoJx6n_gGjRgCuVQUOhIt05Ig&uk=mvfVycPObtc_DbgVNb725g&f=IMG_2229.mp4&sz=27986624). Nadia Mourad, que j’ai pu entendre sur France Inter, est quelqu’un de très courageux, dont l’histoire personnelle est terrifiante (http://www.sudinfo.be/1448097/article/2015-12-19/j-ai-ete-violee-par-des-combattants-de-l-etat-islamique-jusqu-a-ce-que-je-m-evan), et sa voix (qu’elle propage au risque de sa vie) porte un vrai message politique de paix.

Sa nomination par l’ONU le 16 septembre ambassadrice de l'ONU pour la dignité des victimes du trafic d'êtres humains (http://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/une-jeune-yazidie-r%c3%a9duite-en-esclavage-par-daesh-nomm%c3%a9e-ambassadrice-de-lonu/ar-BBwfAAP?li=BBoJIji) semble donc tout à fait justifiée. En espérant que sa candidature au Prix Nobel de la Paix se concrétise positivement…

Jean-Michel CAUDRON


Réagir

CAPTCHA