lutte contre la pauvreté

 

 

 

Autres langues disponibles: EN DE

Commission européenne - Communiqué de presse

Lutte contre la pauvreté: la Commission débloque 3,8 milliards d’euros pour aider les citoyens européens les plus vulnérables

Bruxelles, 26 février 2015

La Commission européenne a adopté le dernier des programmes opérationnels nationaux pour le Fonds européen d’aide aux plus démunis pour 2014-2020. Cela représente au total 3,8 milliards d’euros d’aide aux 4 millions de citoyens qui en ont le plus besoin dans les États membres.

Le fonds soutient les États membres dans leurs efforts pour accompagner les citoyens européens qui ont été les plus touchés par la crise économique et sociale actuelle. En offrant une aide non financière, le fonds permettra de soulager les formes les plus graves de privation matérielle et d’apporter une contribution importante à la lutte contre la pauvreté.

Réagissant à l’adoption des programmes finals, Marianne Thyssen, commissaire pour l’emploi, les affaires sociales, les compétences et la mobilité des travailleurs, a déclaré: «Le fonds aide les citoyens dans leurs premiers pas pour sortir de la pauvreté et de l’exclusion sociale. Près de 4 millions de citoyens parmi les plus démunis en Europe bénéficieront de l’aide immédiate du fonds. Il s’agit d’un symbole fort de solidarité européenne.»

Le fonds met l’accent sur une aide matérielle aux personnes souffrant des formes les plus graves de pauvreté, telles que la privation alimentaire, le sans-abrisme et la privation matérielle des enfants, et il permet de renforcer la cohésion sociale. L’aide offerte par le fonds peut comprendre des denrées alimentaires, des vêtements et d’autres bien essentiels à usage personnel (comme des chaussures et du savon) ainsi que des actions visant à encourager l’intégration sociale.

 

Contexte

En 2013, 122,6 millions de citoyens de l’Union, soit 24,5 % de la population étaient exposés au risque de pauvreté ou d’exclusion sociale et 9,6 % vivaient dans un dénuement matériel extrême.

Le principal instrument de l’Union pour favoriser l’employabilité, lutter contre la pauvreté et promouvoir l’inclusion sociale est le Fonds social européen (FSE). Cet instrument financier, doté de plus de 86 milliards d’euros pour la période 2014-2020, investit directement dans les compétences des personnes pour augmenter leurs chances sur le marché du travail.Cependant, certains des citoyens en situation d’extrême pauvreté sont trop éloignés du marché du travail pour bénéficier des mesures d’inclusion sociale du FSE.

Lancé en 2014, le Fonds européen d'aide aux plus démunis (FEAD) permettra également à ces personnes de bénéficier de la solidarité européenne et complétera les instruments de cohésion sociale existants. Le FEAD, auquel 3,8 milliards d’euros ont été alloués pour la période 2014-2020 en termes réels, a pour but de briser le cercle vicieux de la pauvreté et du dénuement en apportant une aide non financière à certains des citoyens européens les plus vulnérables.

Bien que les compétences de lutte contre la pauvreté reviennent principalement aux États membres, l’UE peut jouer un rôle de soutien, en particulier grâce à la stratégie Europe 2020. Le FSE et le FEAD contribuent à l’objectif de la stratégie Europe 2020, qui est de réduire la population touchée ou menacée par la pauvreté et l’exclusion sociale d’au moins 20 millions de personnes d’ici 2020.

Le FEAD offre une grande flexibilité aux États membres. Chaque État membre a défini le groupe cible constituant les «personnes les plus démunies» dans son programme opérationnel national. Les États membres ont également choisi sous quelle forme ils souhaitent apporter leur aide (denrées alimentaires, biens de base ou une combinaison des deux), ainsi que les modalités d’acquisition et de distribution des denrées alimentaires et des biens qu’ils privilégieront, en fonction de leur situation et de leurs préférences.

Le FEAD remplace le programme de l’Union européenne de distribution de denrées alimentaires aux plus démunis (PEAD). Créé en 1987, ce programme constituait une importante source d’approvisionnement pour les organisations travaillant en contact direct avec les personnes les plus défavorisées, auxquelles il fournissait des produits alimentaires. Il avait été créé pour utiliser au mieux les surplus d’une production agricole alors excédentaire. En raison de l’épuisement attendu des stocks d’intervention, ainsi que de leur grande imprévisibilité sur la période 2011-2020 du fait des réformes successives de la politique agricole commune, un terme a été mis au PEAD à la fin de 2013.

 

Pour de plus amples informations

Informations relatives aux programmes opérationnels nationaux

Questions/réponses sur le FEAD: MÉMO/14/170

Règlement (UE) nº 223/2014 relatif au FEAD

Suivez Marianne Thyssen sur Twitter

Recevez gratuitement par courriel la lettre d’information sur l’emploi, les affaires sociales et l’inclusion de la Commission européenne.


Réagir

CAPTCHA