séminaire esan 2016.migrants

MIGRANTS AND REFUGEES IN EUROPE - CHILDREN AND YOUNG PEOPLE

BETWEEN FIELD WORK AND POLITICAL CHOICES

JUNE 15TH 2016

SILVERSQUARE LOUISE - SALLE AGORA

523 AV LOUISE - 1050 BRUXELLES

 

 

ESAN (European Social Action Network) is a network of associations concerned with solidarity and the promotion of active citizenship in Europe. It hosted on June 15th 2016 in Brussels a seminar on the issue of refugees and migrants with special attention to children and youth. Two round tables welcomed, besides members of ESAN and other associations involved on field work on this subject, representatives of the European Parliament and of the Council of Europe as well as officials from the European Commission.

The purpose of the meeting was to:

* Allow ESAN to play a better role of information to the European Union and the Council of Europe.

* Give the floor to organizations of all sizes in order to share experiences, give their testimony and make part of their success but also of the obstacles they face, both material and cultural.

* Allow European policymakers to share their views and projects as well as their expectations vis-à-vis field associations.

* Inform the public on the need to show solidarity towards migrants and refugees, mainly the youngest ones, and promote advocacy for public policies on the conditions of reception and residence of people fleeing conflicts and misery.

Speakers therefore outlined concrete lines of work based on a dialogue between associations and field institutions.

 

Participants

Opening session

Mr. Jean-Louis DURAND-DROUHIN, President ESAN

Ms. Muriel SACCO, Lecturer in Sociology, Université Libre de Bruxelles

Ms. Iliana IOTOVA, MEP, Vice-president of the Civil liberties, Justice and Home affairs Commission

 

Fist round table

Receiving and taking care of children and of young migrants and refugees

Specific care: formalities, installation, housing…

 

Ms. Marie-Cécile ROUILLON, DG Migration, Home Affairs and Citizenship

Ms. Katerina NANOU, Eurochild

Mr. Fábio BOURSCHEID, Fundação COI (Portugal)

Mr. Serge DECAILLON, Secours populaire français (France)

Mr. Oliviero FORTI, CARITAS (Italy)

Mr. Jean-Michel CAUDRON, INGO Conference, Council of Europe

 

Second round Table

Integration of children and young migrants and refugees

Access to fundamental rights; health, instruction, employment…

Taking into account cultural differences

 

Ms. Margaret TUITE, DG Justice, Coordinator for the Rights of the Child

Mr. Bartlomiej BALCERZYK, DG Migration, Home Affairs and Citizenship

Ms. Mechthild HOFFMANN, Trägerwerk Soziale Dienste im Saarland (TWSD - Germany)

Ms. Angelina MASSON-DIEZ, Trajectoires (France)

 

Conclusions

Mr. Jean-Louis DURAND-DROUHIN, President ESAN

 

Record

 

Opening works, Jean-Louis Durand-Drouhin précised that the crisis of refugees and migrants Europe is facing today is not a cyclical but a structural question and that the problem in the long term is related to the massive arrival of refugees and migrants and for a large part of them, to their installation and integration. He recalled that a quarter of refugees and migrants are young people and that a third of arrivals in Greece are children.

 

The purpose of the seminar is to allow members of associations who know the situation on the ground to dialogue with representatives of European institutions as the MEP present here today. The President of ESAN hoped that the exchanges would be constructive so that the network, with 27 active associations in Europe, is able to fulfill the responsibility to alert the public, to promote solidarity and to put together advocacy actions towards national governments as well as European institutions.

 

Muriel Sacco, researcher-lecturer at the University of Brussels (ULB) conducted a historical analysis of migration in Europe. The continent has not always been a land of immigration but also of emigration with for instance many Europeans moving to the United States in the early 20th century for economic reasons or migration forced by political contexts related to the rise of fascism in Europe. It was only after the Second World War that we can talk about economic migration, with a reversal of migration flows in countries like Italy, traditionally a country of immigration, which saw millions of people leaving. We are dealing today with countries that do not remember that they themselves have been countries of emigration and there is a duty of remembrance to accept. Indeed, migration is not a new phenomenon, but the appreciation we have today on migration tends to ignore the past.

 

Previously, we had to do with “organized” and well managed migrations that met labor market requirements: immigration has then been a demographic challenge and an economic asset to support the growth of a country. With the oil shock, immigration was curbed and migration policy became tougher. However, migration balance was positive due to family reunification and student visas. Nevertheless, there is a growing suspicion of appropriation of labor and social benefits by migrants.

 

With globalization, despite the end of colonization, we are facing an increasing polarization North vs. South. It is in this context that migrations retain a functional aspect: keeping certain populations in a state of destitution as is economically favourable since it provides a cheap and defenceless workforce. We can then note that more and more permits for seasonal work are given to newly arrived migrants in Europe (in agriculture or construction, for example).

 

Finally, we are now witnessing an individualization of migration projects, host communities being no longer as united and organized. In this context, this is reinforced by rejuvenation and feminization of migrants.

 

For Iliana Iotova, MEP, the Dublin Regulation1 in its original form is undoubtedly a mistake, the current situation being the result of measures imposing home of the refugee in the country of arrival. This entails an important load of work in managing the reception and the support of refugee which is entirely assumed by Southern Europe the countries, particularly Greece and Italy. Moreover, if the migration issue has been erected as a priority by the European Commission for many years, there has been no deep and structural overhaul of the question but only superficial changes.

 

Malfunctions have led the UE to review these issues and to improve access to required conditions. In order that the necessary reforms are conducted with a bigger respect of the rights of these young people, we must ensure that we can develop their skills (often high) for some, provide opportunities for education and jobs to other. This is not easy because of employment problems but also of the demographic weight experienced by some EU countries.

 

Since we are confronted to this new situation of migration, we must consider the children, especially those unaccompanied at their arrival (90,245 in 2015), who are the most vulnerable: more than 10 000 children disappeared during that year according to Europol.

 

The concept of the best interests of the child is now a notion taken into account by the European Commission which specifies that the care of parentless children is the responsibility of the first country of arrival, which is debatable. The efforts will however be pursued at the social level to fight ghettoisation, to increase access to education, etc. and the establishment of a new legislation will not be enough.

 

However the ongoing discussions are dragging on, courageous decisions are too long to be implemented and resources are insufficient to manage the crisis of migrants, as this is obvious in Calais or Turkey where more than 600 000 Syrian children are present, 400 000 having been out of school for several years. This leads us to question the agreements with Turkey and the question of the use of European funding in this country for hosting refugee populations.

 

Seminar participants expressed their support for the new proposal from the European Commission, which comes on time as the Charter of Fundamental Rights attached to the Lisbon Treaty is not really taken into account. They also emphasized the huge lack of training for social workers and voluntary associations involved in the reception and integration of refugees as well as the lack of interpreters for certain national languages. However, it was noted that the European Commission has recently provided funds for the training of social workers through Erasmus. It is also possible to approach the universities offering courses forming social workers, for example for language courses.

 

Local actors like Serge Decaillon mentioned the need to set up the same kind of device that was deployed when it was feared that European social welfare would be suppressed. Civil society, as it has often been emphasized by the French Secours Populaire, should be "the sting of government" at Member States level. According to Julien Blanc, in charge of unaccompanied minor migrants in Belgium, the difficulties and loss of time in asylum procedures are most often due the constraints of the Member States and not of the European Commission itself. It is obvious there is a significant loss of time in these processes.

 

To conclude this first part, Ms Iotova regretted that today, the Commission's policy is based on the defense of Europeans and not of migrants and refugees in the EU. It takes alarming proportions when countries like Hungary, Slovakia and the Czech Republic refuse to commit to hosting refugees or condition their installation in the country to their Christian affiliation.

 

Concerning the reform of the Dublin Regulation, it must be founded on the desire to offer more opportunities to bring families together so that children are kept in a family environment and are supervised in their daily life and schooling in particular.

 

Several participants also raised the issue of the "bone test" which aims at ensuring that the young migrant is under 18 and can therefore join the centers specially equipped for minors and be given the necessary means to insert. This method, scientifically unreliable, is often used when the person is already engaged in a reintegration process and then has to leave to join an

adult centre. This results in a loss of reference together with the danger caused by promiscuity. Some attendees are willing to join a working group on this issue, once is known the progress of the reflection by the EU and the European Parliament.

 

First round table

Receiving and taking care of children and of young migrants and refugees

Specific care: formalities, installation, housing…

 

 

In her introduction to the first round table, Marie-Cécile Rouillon, from DG Migration and Home Affairs recalled that Member States remain responsible for the reception of refugees with a very important support from Europe through its agencies and with the involvement of Europol since migrants are particularly vulnerable to trafficking networks. She then developed the idea of "Hotspot" centres the role of which would be:

* To secure arrivals by sea searches in particular;

* To ensure the first arrival contact in a centre in order to prevent migrants to fall into the wrong hands. This implies a big information work from NGOs on the premises since knowing the procedures for immigrants is one of the first conditions for the respect of fundamental rights;

* To have a human approach while remaining vigilant in the identification procedures for safety issues (fingerprinting) and taking into account the possible impact of past legal records for some persons or of potential threats;

* To assess the needs of asylum seekers.

In this context, the relocation of migrants and refugees is paramount. We should see that legal ways for legal border crossing and joining the countries that intend as their home are provided.

For Katerina Nanou, children should be informed about the issues concerning them. Regarding reception, some members of the Eurochild network will soon publish a document sharing their experiences on the ground.

In Austria for instance, discriminations are many, particularly as regards the health care system. The reception capacity is also insufficient due to the lack of local staff, especially at night when children are left alone. In Greece, some children are accommodated in appropriate centres and in good conditions. Unfortunately, others, whose number is impossible to evaluate, are placed in structures similar to detention centres. Social workers have then no authority over those children whose security is endangered and disappearances are common. In addition, children are excluded from the community because of their lack of knowledge of the language in a country where education is exclusively in Greek. Many unaccompanied children accommodated in Serbia would like to remain in the country but centres are the same for them as for children with behavioural problems, a situation that leads to bullying. Cases of sexual abuse are also common.

In Portugal, although the number of refugees is much lower than in other Mediterranean countries, efforts should be made to find a solution, said Fabio Bourscheid. As part of the European program for the relocation of refugees, the country has already received nearly 4,500 people and has recently announced its intention to increase this number to 10 000. It will not be easy because of cultural differences and the language barrier (especially when taking health problems into account). There has also been a refusal among many refugees to remain in Portugal, less attractive to them than Germany for example.

Portugal, as many European countries, is facing delays in the legalization of refugee families who cannot provide the documents necessary for the regularization of their situation. These are

indispensable for them to have access to public services, including health, social protection and financial aid. Fundaçao IOC is very involved in this field work, mainly with regard to the learning of Portuguese, youth integration in the school system and the treatment of health problems. It is also responsible for the creation of groceries, help in finding accommodation and support at various levels. The programme, scheduled for a maximum of two years, is so far successful, thanks to previous experience with people from South America and Africa. It should eventually help to create links between families who have benefited from his help.

The French Secours Populaire is present daily in the three camps in the North of France with the priority to meet the urgent needs created by the conditions in which these people live. “Traditional” aid concerns food, clothes or the library offering books to promote self-learning. In addition, conditions change very quickly and more needs follow: for example the center recently saw a limitation of its space which brought new demands and new needs.

Longer-term projects for teaching and coaching are planned in collaboration with two associations, Quessalam and Jungle Book: construction of a future school building and support to access to sport, culture and leisure. As recalled Serge Decaillon, information work towards children in schools and colleges is essential to give everyone the opportunity to act in solidarity.

The situation in Italy is becoming more critical since it received in Sicily during the first months of 2016 ten times more children than the previous year, mainly Afghan, Iraqi, Eritrean, Gambia, Somalis and Egyptians. With the result to point out that Italy is not able to deal with so many mass arrivals of unaccompanied children (56% of which are close to adulthood).

Oliviero Forti recalled that many unaccompanied children leave Italy definitely or for some, including Egyptian, go to Northern cities. All are registered as "missing refugees" although most of them are still on the Italian territory. For information, 90% are placed in public centers and another 10% in families (2,000 Italian families would be ready to accommodate children).

This led Caritas Italy to ask the EU and the Italian government to help determine the age of unaccompanied minors, an extremely important point since this category of children is eligible for specific aid to protect them the exclusion as well as from and traffickers and prostitution. The association also wants a better coordination of aid through a greater communication with families accommodating minors.

 

For Jean-Claude Caudron it is imperative to disseminate more efficiently "promising practices" that is to say practicing that can invite to reflection. We must also ensure the protection of NGOs which are attacked in their rights by certain states in which they operate. It is also the role of the Conference of INGOs of the Council of Europe to defend these organizations.

 

Second round table

Integration of children and young migrants and refugees

Access to fundamental rights; health, instruction, employment…

Taking into account cultural differences

 

 

The second round table was opened by Bartolomiej Balcerzyk, from DG Migration, Home Affairs and Citizenship, which stated that the legal framework provides a solid protection to children. This framework could be considered in the special program on the principle of the "best interests of the child". According to the European directives, Member States must provide protection and assistance for unaccompanied minors: standard of living, education, leisure, etc. They must also offer specific reception places, either with relatives or foster-families or in centres suitable for minors. One of the other requirements of the Directive is to oblige Member States to look for the families of unaccompanied children.

 

The migration crisis has highlighted several weaknesses in the system regulating unaccompanied minors to which new regulations form the Commission's intend to remedy: new development tools, access to the rights of minors, clarification of the rules designating foster-parents, access to the integration process. Nevertheless, there is still much to do to implement existing regulations, particularly with regard to the control of situations on the ground.

 

Margaret Tuite, Coordinator for children's rights at the European Commission, recalled the provisions of the UN Convention on the Rights of the Child. However, we must be aware of the situation created in 2016 by more arrivals, among which the proportion of children has increased. Besides, the legal framework cannot always be applied durably to children locally because many people want to go to the UK and do not remain in the country of arrival.

 

In Greece, the vast majority of children have no access to education because they are in detention camps for lack of space in other structures. An action plan should be adopted shortly.

 

Germany is facing a large influx of unaccompanied children, the number currently amounting to 69,000, with most of them from countries under the control of the Islamic State (ISIS). Upon arrival, the minors are entrusted to local authorities and should communicate their age, nationality and education level. Mechthild Hoffman, from the TWSD association, informed the participants about how difficult it is to take care of these children, most of them having made a long journey before arriving in Germany and having experienced much suffering. Coming mostly from very different cultures, it creates problems of authority for social workers. Educating and teaching them is difficult because the experiences they have known and the dangers they have encountered make it difficult for them to adapt to a "normal" life.

 

If there are special classes for children where they can learn German, it is often difficult to determine what is best suited to each case.

 

Trajectoires is an association which focuses on the study of situations in slums, traditionally occupied by European populations (Roma) but is now dealing with slums with non-European migrants (such as the camps in Calais for example).

 

The association was born from the observation that there was a partial knowledge of these living spaces and from the will to gather information from the people living there on the reality of their lives. The objective of the surveys2 conducted in this context was to prove that integration was possible after living in these slums. Insertion is ultimately very little influenced by the economic and cultural heritage from the country of origin but by what was acquired in France, through ad-hoc assistance or alternative passages. The idea is to encourage individualized paths.

 

The stability of slums allows an easier insertion of individuals than people living in the street for instance. It is also a place for solidarity among the community or between communities that can bring the opportunity of financial income (garbage collection, for example). As recalled Angelina Masson-Diez, families are extended structures, intergenerational, which are not really taken into account in current French laws.

 

In migrants and refugees camps, it is the urgency on living conditions (food, clothing, health) that prevails as well as the fight against violence (police, inter-migrants, smugglers). The demand for access to the law is almost never mentioned by people. Minors, for their part, do not see themselves as isolated children who have to be supported as such and do not recognize

themselves as being exploited. Thus, the testimony of a young Eritrean woman who says that for her, there are no minors, only babies that suck the womb of their mother and women themselves in age to be a mother. So we need to teach again these minors to be children again.

 

CONCLUSIONS

 

At the end of the day, the President of ESAN propose some tentative conclusions:

 

1. Although there are still loopholes and legal shortcomings, different in each country, the gap between legal provisions and their full implementation on the ground remains considerable.

2. However, concerning the legal aspect, it seems essential that the Dublin Regulation should be revised to take into account situations which have become more and more difficult. It is then an absolute priority to support more strongly the countries of southern Europe, the main points of arrival of migrants and refugees, and actually work towards a better distribution between Member-states these men, women and children.

3. The need for a regular dialogue (as was the case today) is obvious, between associations and humanitarian groups on the field, on the one hand, and European institutions (Parliament, Commission) and the Council of Europe on the other.

4. We must have a specific approach and reflection on the situation of children and young people in relation to all refugees and migrants because they are most vulnerable and most in need, especially when they are alone and isolated.

5. The reception of people, even limited to the objective of relocation at the European level requires special attention, even if it is partially implemented today. It requires acceptance and empathy from the national communities hosting children and young migrants and refugees who must be supported and protected.

6. The step "after the reception," which is the step of inclusion, involves the integration of these young people and children in the countries which receive them. The results are largely inadequate. Long-term programmes focused on foster care and schools should help with their integration, ensure their subsistence, and promote the acquisition of knowledge related to their new environment, particularly through the teaching of the language of the host country.

7. A common advocacy policy towards European institutions (Commission and Parliament) and the Council of Europe from associations involved in the reception and the defense of the rights of children's and young refugees and migrants is absolutely necessary.

8. Within this context, the role of the European Social Action Network (ESAN) is indispensable, alongside with other networks, to share experiences and build shared arguments

 

Further meetings of this type could be considered that would somehow act as an observatory of situations and of their evolution and would be the same time "whistleblowers" in front of humanly unacceptable situations where the rights of children and young people are not respected.

 

 

MIGRANTS ET REFUGIES EN EUROPE : LES ENFANTS ET LES JEUNES

ENTRE TERRAIN ET CHOIX POLITIQUES

MERCREDI 15 JUIN 2016

SILVERSQUARE LOUISE - SALLE AGORA

523 AV LOUISE - 1050 BRUXELLES

 

 

ESAN, Réseau européen d’Action sociale constitué d’associations faisant vivre la solidarité et promouvant la citoyenneté active en Europe a organisé le 15 juin 2016 à Bruxelles un séminaire sur la question des réfugiés et des migrants avec une attention particulière portée aux enfants et aux jeunes. Deux tables rondes ont réuni, outre les membres d’ESAN et d’autres associations engagées sur le terrain, des représentants du Parlement européen et du Conseil de l’Europe et des responsables de la Commission européenne.

Le but de la rencontre était de :

* Permettre à ESAN de mieux jouer son rôle d’information au niveau de l’Union européenne et du Conseil de l’Europe.

* Donner la parole à des organisations de toutes tailles afin qu’elles partagent leurs expériences, apportent leur témoignage et fassent part de leurs succès mais également des obstacles qu’elles rencontrent, tant matériels que culturels.

* Permettre aux décideurs européens de faire part de leur point de vue et des orientations qu’ils envisagent ainsi que de leurs attentes vis-à-vis des associations de terrain.

* Informer l’opinion sur la nécessité de faire vivre la solidarité envers les migrants et les réfugiés, principalement les plus jeunes, et de promouvoir des plaidoyers pour des politiques publiques soucieuses des conditions d’accueil et de séjour de personnes fuyant les conflits et la misère.

Les intervenants ont donc esquissé des pistes de travail concrètes fondées sur un dialogue entre associations de terrain et institutions.

Intervenants

Séance d’ouverture

M. Jean-Louis DURAND-DROUHIN, Président ESAN

Mme Muriel SACCO, Enseignant-chercheur à l’Université Libre de Bruxelles

Mme Iliana IOTOVA, Députée européenne, Vice-présidente de la Commission Libertés civiles, Justice et Affaires intérieures (LIBE)

 

Table ronde 1

Accueil des enfants et des jeunes migrants et réfugiés. Prise en charge spécifique : formalités, installation, hébergement…

Mme Marie-Cécile ROUILLON, DG Migration, Affaires intérieures et Citoyenneté

Mme Katerina NANOU, Eurochild

M. Fábio BOURSCHEID, Fundação COI (Portugal)

M. Serge DECAILLON, Secours populaire français – Pas-de-Calais (France)

M. Oliviero FORTI, CARITAS (Italie)

M. Jean-Michel CAUDRON, Rapporteur de la Conférence des OING, Conseil de l’Europe

 

Table ronde 2

Intégration des enfants et des jeunes migrants et réfugiés. Accès aux droits fondamentaux : santé, instruction, emploi… Prise en compte des différences culturelles

Mme Margaret TUITE, Coordinatrice pour les droits de l’enfant de la Commission européenne

M. Bartlomiej BALCERZYK, DG Migration, Affaires intérieures et Citoyenneté

Mme Mechthild HOFFMANN, Trägerwerk Soziale Dienste im Saarland (TWSD - Allemagne)

Mme Evangeline MASSON-DIEZ, Trajectoires (France)

 

Conclusion

M. Jean-Louis DURAND-DROUHIN, Président ESAN

 

 

 

Compte rendu

 

En ouverture des travaux, Jean-Louis Durand-Drouhin a précisé que la crise des réfugiés et des migrants que traverse l’Europe aujourd’hui n’est pas un problème conjoncturel mais structurel et que les problématiques sur le long terme sont liées à l’arrivée massive des réfugiés et des migrants et de leur installation et intégration pour une grande partie d’entre eux. Il a rappelé qu’un quart des réfugiés et des migrants sont des enfants et que le tiers des personnes arrivées en Grèce sont des enfants.

 

Le but de ce séminaire est de donner la parole aux représentants des associations qui connaissent la situation sur le terrain et de dialoguer avec les représentants des institutions européennes comme la Députée du Parlement Européen présente aujourd’hui. Le président d’ESAN a souhaité que les échanges soient constructifs pour que le réseau, fort de 27 associations présentes et actives en Europe, puisse assumer la responsabilité d’alerter le public, de faire vivre la solidarité et de construire ensemble les plaidoyers en direction des gouvernements nationaux comme des institutions européennes.

 

Muriel Sacco, enseignante-chercheuse à l’Université Libre de Bruxelles a ensuite procédé à une analyse historique des migrations en Europe. Celle-ci n’a pas toujours été une terre d’immigration mais aussi d’émigration avec par exemple de nombreux Européens partis aux Etats-Unis au début du XXe siècle pour des raisons économiques ou les migrations forcées par les contextes politiques liées à la montée des fascismes en Europe. Ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale, que l’on peut parler de migrations économiques, avec une inversion des flux migratoires pour des pays comme l’Italie, pays traditionnellement d’accueil, qui a vus partir plusieurs millions de personnes à l’étranger. Nous avons donc affaire aujourd’hui à des pays qui ne se souviennent pas qu’ils sont eux-mêmes été des pays d’émigration et il y a là un devoir de mémoire à assumer. De fait, les migrations ne sont pas un phénomène nouveau, mais le regard porté actuellement sur les migrations tend à ignorer le passé.

 

Auparavant, nous avions à faire à des migrations organisées, encadrées qui répondaient à des appels du marché du travail : l’immigration a ainsi été un enjeu démographique et un atout économique pour soutenir la croissance d’un pays. C’est avec le choc pétrolier que l’immigration a été bridée et que la politique migratoire s’est durcie. Le solde migratoire n’est pourtant pas nul en raison de l’existence du regroupement familial et des visas d’étudiants. Néanmoins, on assiste à un soupçon grandissant d’une appropriation du travail et des avantages sociaux par les migrants.

 

Avec la mondialisation, malgré la fin de la colonisation, nous sommes face à une dualisation croissante du Nord face au Sud. C’est dans ce contexte que les migrations gardent un aspect fonctionnel : le maintien de certaines populations dans un état de dénuement tel qu’il présente un intérêt économique avec une main d’œuvre très peu chère et sans défense. On relève que de plus en plus d’autorisations pour des travaux saisonniers sont données à des migrants récemment arrivés en Europe, (dans l’agriculture ou la construction par exemple).

 

Enfin, on assiste aujourd’hui à une individualisation des projets migratoires, les communautés d’accueil n’étant plus aussi solidaires et organisées. Dans ce contexte, ce phénomène est renforcé par un rajeunissement et une féminisation des migrants.

 

Pour Iliana Iotova, députée Européenne, le Règlement Dublin1 dans sa forme initiale est indubitablement une erreur, la situation actuelle étant la conséquence de la mesure imposant

l’accueil du réfugié dans le pays d’arrivée. De là découle une charge de la gestion des dispositions d’accueil et d’accompagnement des réfugiées entièrement assumée par les pays du Sud de l’Europe, en particulier la Grèce et l’Italie. Par ailleurs, si la question migratoire a été érigée comme priorité pour la Commission Européenne depuis plusieurs années, il n’y a pas eu de refonte profonde et structurelle de la question mais uniquement des modifications superficielles.

 

Les dysfonctionnements ont amené la commission à revoir ces dossiers et à améliorer l’accès aux conditions requises. Pour que les réformes nécessaires se fassent avec plus de respect des droits de ces jeunes, il faut faire en sorte que l’on puisse valoriser leurs compétences (souvent élevées) pour certains, offrir des possibilités d’études et d’emplois pour d’autres. Ce qui n’est pas facile du fait des problèmes d’emploi mais aussi du poids démographique que connaissent certains pays de l’UE.

 

Face à la nouvelle donne des migrations, il convient de se pencher sur les enfants, tout particulièrement sur ceux entrés non accompagnés (90 245 en 2015) qui sont les plus vulnérables : plus de 10 000 enfants ont disparu pendant cette même année selon Europol.

 

La notion d’intérêt supérieur de l’enfant est devenue une notion prise en compte par la Commission européenne qui prévoit que la prise en charge des enfants sans parents soit de la responsabilité du premier pays d’arrivée, ce qui discutable. L’effort devra toutefois être poursuivi au niveau social pour lutter contre la ghettoïsation, renforcer l’accès à l’éducation, etc. et l’établissement d’une nouvelle législation ne suffira pas.

 

Toutefois les discussions en cours traînent, les décisions courageuses sont trop longues à être mises en place et les moyens insuffisants pour gérer la crise des migrants, comme cela est flagrant à Calais ou en Turquie où sont hébergés plus de 600 000 enfants syriens, dont 400 000 ne sont pas scolarisés depuis plusieurs années. Cela nous amène à nous interroger sur les accords passés avec la Turquie et sur la question de l’utilisation des fonds européens accordés à ce pays pour l’accueil des populations réfugiées.

 

Les participants au séminaire ont manifesté leur soutien à la nouvelle proposition de la Commission Européenne qui vient à point alors que la Charte des droits fondamentaux annexée au Traité de Lisbonne n’est pas vraiment prise en compte. Ils ont par ailleurs insisté sur le manque énorme de formation pour les travailleurs sociaux et des bénévoles des associations engagées dans l’accueil et l’insertion des réfugiés ainsi que sur le manque d’interprètes pour certaines langues nationales. On note toutefois que la Commission Européenne a récemment dégagé des fonds pour la formation des travailleurs sociaux par le biais de programmes Erasmus. Il est également possible de se rapprocher des universités proposant des filières formant des travailleurs sociaux, pour des cours de langue par exemple.

 

Certains acteurs de terrain comme Serge Decaillon ont mentionné la nécessité de mettre en place le même genre de dispositif qui avait été déployé lors de la menace de suppression de l’aide sociale européenne. La société civile, comme l’a souvent souligné le Secours populaire français doit être « l’aiguillon des pouvoirs publics » au niveau des Etats-membres. On constate en effet, selon Julien Blanc, tuteur de migrants mineurs non accompagnés en Belgique, que les difficultés et la perte de temps dans les procédures d’asile viennent le plus souvent des contraintes des Etats membres et non de la Commission Européenne elle-même. Le constat est celui d’une perte de temps importante dans ces processus.

 

En conclusion de cette première partie, Mme Iotova a regretté qu’aujourd’hui, la politique de la Commission soit fondée sur la défense des Européens et non sur celle des migrants et des réfugiés sur le territoire de l’UE. Cela prend des proportions inquiétantes quand des pays

comme la Hongrie, la Slovaquie ou la République Tchèque refusent de s’engager à accueillir des réfugiés ou conditionne leur accueil à leur appartenance chrétienne.

 

Suant à la réforme du Règlement Dublin elle doit être fondée sur la volonté d’offrir plus d’opportunités de réunir les familles afin que les enfants soient maintenus dans un milieu familial et qu’ils soient encadrés, dans leur vie quotidienne et scolaire notamment.

 

Plusieurs participants ont par ailleurs soulevé la question du « test osseux » qui vise à vérifier que le jeune migrant est mineur (moins de 18 ans) et peut donc rejoindre les centres spécialement aménagés pour les accueillir et leur donner les moyens de s’insérer. Cette évaluation - peu fiable scientifiquement parlant - arrive souvent alors que les intéressés sont déjà engagés dans un processus de réinsertion et doivent alors quitter le centre pour rejoindre un centre pour adulte, d’où une perte des repères et le danger entraîné par la promiscuité. Certaines personnes présentes sont disposées à se joindre à un groupe de travail sur cette question, une fois le point fait sur l’avancée de la réflexion de la Commission et du parlement.

 

Table ronde 1

Accueil des enfants et des jeunes migrants et réfugiés

Prise en charge spécifique : formalités, installation, hébergement…

 

 

Dans son introduction à la première table ronde, Marie-Cécile Rouillon, de la DG Migration, Affaires intérieures a rappelé que les Etats membres restent responsables de l’accueil des réfugiés avec un appui très important de l’Europe grâce à l’implantation de ses agences et avec l’implication d’Europol car les migrants sont particulièrement exposés aux réseaux de trafiquants. Elle a ensuite développé l’idée des centres « Hotspot » dont le rôle serait de :

 

* sécuriser l’arrivée par les recherches en mer notamment ;

* assurer le premier contact d’arrivée dans un centre, afin d’éviter que les migrants tombent entre de mauvaises mains. Cela implique un gros travail d’information des ONG sur place car la connaissance des procédures applicables aux arrivants est une des premières conditions de respect des droits fondamentaux ;

* avoir une approche humaine tout en restant vigilant dans les procédures d’identification pour des questions de sécurité (prise des empreintes digitales) et en tenant compte de l’impact possible des passés juridiques de certains ou des menaces potentielles ;

* évaluer les besoins des demandeurs d’asile.

 

Dans ce contexte, la relocalisation des migrants et des réfugiés est primordiale. Il convient de fournir des moyens juridiques pour permettre le passage légal des frontières et de rejoindre des pays qui se proposent comme terre d’accueil.

 

Pour Katerina Nanou, les enfants devraient être informés sur les questions qui les concernent. Concernant l’accueil, des membres du réseau Eurochild publieront prochainement un document faisant part de leurs expériences sur le terrain.

 

Ainsi, en Autriche, les discriminations sont nombreuses, particulièrement pour ce qui concerne le système de soins. Les capacités d’accueil sont par ailleurs insuffisantes par manque de locaux mais aussi de personnel, surtout la nuit où les enfants sont laissés seuls. En Grèce, certains enfants sont accueillis dans des centres appropriés et dans de bonnes conditions. Malheureusement, d’autres, dont le nombre est impossible à identifier, sont placés dans des structures qui s’apparentent à des centres de détention. Les travailleurs sociaux n’ont alors aucune autorité sur ces enfants dont la sécurité est en danger et les disparitions sont

fréquentes. De plus, les enfants sont exclus de la communauté de par leur non-connaissance de la langue dans un pays où la scolarisation se fait exclusivement en grec. Beaucoup d’enfants non-accompagnés accueillis en Serbie souhaiteraient rester dans le pays mais les centres d’accueil sont les mêmes pour eux que pour les enfants ayant des problèmes de comportement, ce qui entraîne des brimades. Les cas d’abus sexuels sont également fréquents.

 

Au Portugal, bien que le nombre de réfugiés accueillis soit bien moindre que dans d’autres pays méditerranéens, des efforts doivent être faits pour trouver une solution, a rappelé Fabio Bourscheid. Dans le cadre du programme européen pour la relocalisation des réfugiés, le pays a déjà accueilli près de 4 500 personnes et a récemment fait part de son intention d’augmenter ce nombre à 10 000. Cela ne sera pas aisé de par les différences culturelles et la barrière linguistique (en particulier lors de la prise en compte des problèmes de santé). On assiste également à un refus chez de nombreux réfugiés de rester au Portugal, moins attractif pour eux que l’Allemagne par exemple.

 

Le Portugal, comme certainement de nombreux pays européens, est confronté à des lenteurs dans la légalisation des familles de réfugiés dans le pays du fait de la fourniture des documents nécessaires à la régularisation de leur situation. Ceux-ci sont indispensables pour que les réfugiés aient accès aux services sociaux publics, ce qui inclut la santé, la couverture sociale et les aides financières. La Fundaçao COI est très impliquée dans ce travail de terrain, principalement pour ce qui concerne l’apprentissage du portugais, l’intégration des jeunes dans le système scolaire et la prise en charge des problèmes de santé. Elle s’occupe également de la création d’épiceries, de l’aide pour trouver un logement et d’un appui dans diverses démarches. Le programme, prévu pour une durée maximum de deux ans, enregistre à ce jour de bons résultats, de par les acquis de l’expérience antérieure avec des populations d’Amérique du Sud et d’Afrique. Il devrait permettre à terme de créer des liens entre les familles qui ont bénéficié de son aide.

 

Le Secours populaire français accompagne au quotidien les trois camps installés dans le Nord et le Pas-de-Calais avec pour priorité de répondre à des besoins urgents devant les conditions dans lesquelles vivent ces personnes. Les aides plus « classiques » concernent l’alimentaire, le vestimentaire ou la bibliothèque proposant des livres pour favoriser l’auto-apprentissage. De plus, les conditions changent très vite et les besoins aussi : par exemple le centre a vu récemment son espace réduit et cela a amené de nouvelles contraintes et de nouveaux besoins.

 

Des projets à plus long terme sont prévus en collaboration avec l’Association Quessalam et Jungle Book pour l’enseignement et l’accompagnement : construction d’un futur bâtiment scolaire et accompagnement sur l’accès au sport, la culture et le loisir. Comme l’a rappelé Serge Decaillon, le travail d’information est essentiel auprès des enfants dans les écoles, collèges et lycées, pour faire connaître la situation et laisser à chacun l’opportunité d’agir de manière solidaire.

 

La situation en Italie devient de plus en plus critique puisque ce pays, en Sicile, a reçu lors du premier mois de 2016 dix fois plus d’enfants que l’année précédente, principalement afghans, irakiens, érythréens, gambiens, somalis et égyptiens. Avec pour conséquence de montrer que l’Italie n’est pas capable de faire face à des arrivées aussi massives d’enfants non-accompagnés (dont 56% sont proches de l’âge adulte).

 

Oliviero Forti a rappelé que de nombreux enfants non-accompagnés quittent définitivement l’Italie ou pour certains, égyptiens notamment, partent vers les villes du nord. Tous ces enfants sont enregistrés comme « réfugiés manquants » bien qu’étant pour la plupart sur le territoire italien. Pour information, 90% sont placés dans des centres publics et les autre 10% dans des familles (2 000 familles italiennes seraient en mesure d’accueillir des enfants).

 

Cette situation a amené Caritas Italie à demander à l’UE et au gouvernement italien de les aider à déterminer l’âge des mineurs non-accompagnés, point extrêmement important puisque cette catégorie d’enfants est éligible à des aides spécifiques pour les protéger de l’exclusion ainsi que des trafiquants et des réseaux de prostitution. L’association souhaite également une meilleure coordination de l’aide grâce à une plus grande communication auprès des familles pouvant accueillir des mineurs.

 

Pour Jean-Claude Caudron, il est impératif de mieux diffuser les « pratiques inspirantes », c’est-à-dire pouvant inviter à la réflexion. Il faut également veiller à protéger les ONG qui sont attaquées dans leurs droits par certains Etats dans lesquels elles interviennent. C’est à la Conférence des OING du Conseil de l’Europe de défendre également ces mêmes ONG.

 

 

Table ronde 2

Intégration des enfants et des jeunes migrants et réfugiés

Accès aux droits fondamentaux : santé, instruction, emploi…

Prise en compte des différences culturelles

 

 

La seconde table ronde est ouverte par Bartolomiej Balcerzyk, de la DG Migration, Affaires intérieures et Citoyenneté qui précise que le cadre légal fournit une protection solide aux enfants. Ce cadre pourrait être pris en considération dans le programme spécial selon le principe de « l’intérêt supérieur de l’enfant ». Selon les directives européennes, les Etats-membres doivent fournir une protection et une aide pour les mineurs non-accompagnés : niveau de vie, éducation, loisirs, etc. Ils doivent également proposer des lieux d’accueil spécifiques, soit chez des parents ou dans des familles d’accueil, soit dans des centres adaptés aux mineurs. Une des autres obligations de la directive est d’obliger les Etats-membres à rechercher les familles des enfants non-accompagnés.

 

La crise migratoire a mis en relief plusieurs failles du système concernant les mineurs non-accompagnés auxquelles de nouvelles dispositions de la Commission entend remédier : développement de nouveaux instruments, accès aux droits des mineurs, clarification des dispositions de désignation des tuteurs, accès aux processus d’intégration. Néanmoins, il reste encore beaucoup à faire pour mettre en œuvre les réglementations existantes, en particulier pour ce qui concerne le contrôle des situations sur le terrain.

 

Intervenant ensuite, Margaret Tuite, Coordinatrice pour les droits de l’enfant au sein de la Commission européenne, a rappelé les dispositions de la Convention des Nations-Unies pour les droits de l’enfant. Nous devons toutefois être conscients de la situation créée en 2016 par les nouveaux arrivants, parmi lesquels la proportion d’enfants a beaucoup augmenté. De plus le cadre légal local ne peut pas toujours s’appliquer aux enfants sur place et dans la durée car nombreux sont ceux qui souhaitent partir pour le Royaume-Uni et ne restent donc pas dans le pays d’arrivée.

 

En Grèce, la grande majorité des enfants n’ont pas accès à l’éducation car ils sont dans des camps de détention faute de places dans d’autres structures. Un plan d’action devrait être adopté prochainement.

L’Allemagne doit faire face à un fort afflux d’enfants non-accompagnés, le nombre s’élevant actuellement à 69 000 et la plupart venant de pays sous la coupe de l’Etat islamique (ISIS). Dès leur arrivée, les mineurs sont confiés aux autorités locales et doivent communiquer leur âge, leur nationalité et leur niveau d’éducation. Mechthild Hoffman, de l’association TWSD, fait part des difficultés de leur prise en charge, la plupart d’entre eux ayant effectué un long voyage

avant d’arriver en Allemagne et ayant connu de nombreuses souffrances. Venant le plus souvent de cultures très différentes, cela crée des problèmes d’autorité pour les travailleurs sociaux. Eduquer ces enfants et leur fournir un enseignement est difficile, les expériences qu’ils ont connues et les dangers qu’ils ont rencontrés rendant difficile leur adaptation à une vie « normale ».

 

Si des classes spéciales existent pour ces enfants, où ils peuvent apprendre l’allemand, il est souvent difficile de déterminer laquelle est la mieux adaptée à chaque cas.

 

Trajectoires est une association qui se concentre sur l’étude des situations dans les bidonvilles, traditionnellement de population européenne (Roms) mais qui s’intéresse aujourd’hui aux bidonvilles peuplés de migrants extra-européens (comme les camps de Calais par exemple).

 

L’association est née du constat qu’il y avait une connaissance parcellaire de ces lieux de vie et de la volonté de recueillir les témoignages des personnes les peuplant sur la réalité de leurs vies. L’objectif des enquêtes réalisées dans ce cadre2 était de prouver que l’intégration était possible après avoir vécu dans ces bidonvilles. L’insertion est finalement très peu conditionnée par le patrimoine économique et culturel acquis dans le pays d’origine mais par le capital acquis en France, à travers des passages ad-hoc d’entraide ou alternatifs. L’idée est donc de favoriser des parcours individualisés.

 

La stabilité des bidonvilles permet une insertion plus facile des individus que des personnes vivant à la rue par exemple. C’est aussi un lieu de solidarité communautaire ou intercommunautaire qui peut apporter l’opportunité de revenus financiers (le ramassage des ordures par exemple). Comme l’a rappelé Angelina Masson-Diez, les familles sont des structures élargies, intergénérationnelles, qui ne sont vraiment prises en compte dans les dispositions légales françaises actuelles.

 

Dans les camps de migrants et de réfugiés, c’est l’urgence relative aux conditions de vie (alimentaire, vestimentaire, santé) qui prime dans la parole des populations de même que la lutte contre la violence (policière, inter-migrants, passeurs). La revendication de l’accès au droit n’est presque pas évoquée par les populations. Les mineurs, pour leur part, ne se considèrent pas comme des enfants isolés qui doivent être pris en charge à ce titre et ne se reconnaissent pas, pour la plupart, un statut d’exploités. Ainsi, le témoignage d’une jeune Erythréenne précise que, pour elle, il n’existe pas de mineurs, seulement des bébés qui tètent le sein de leur mère puis les femmes en âge elles-mêmes d’être mère. Il s’agit donc de faire réapprendre à ces mineurs à être des enfants.

 

CONCLUSIONS

 

Au terme de cette journée, le Président d’ESAN propose quelques conclusions provisoires :

 

1) Même s’il subsiste des vides juridiques et des lacunes légales, différents selon les pays, l’écart entre les textes juridiques et leur application pleine et entière sur le terrain demeure considérable.

2) Toutefois, dans l’ordre juridique il semble indispensable que le Règlement de Dublin soit révisé afin de tenir compte de situations devenues difficiles. Soutenir plus fortement les Pays du sud de l’Europe, principaux points d’arrivée des migrants et des réfugies, et œuvrer concrètement à une meilleure répartition entre les Etats de ces hommes, de ces femmes et de ces enfants paraît une priorité absolue.

3) La nécessité d’un dialogue régulier - comme cette journée a pu en constituer un exemple - apparaît clairement, entre associations et organismes humanitaires de terrain, d’une part, et les institutions européennes (Parlement, Commission) et le Conseil de l’Europe d’autre part.

4) S’impose une approche et une réflexion spécifiques sur la situation des enfants et des jeunes par rapport à l’ensemble des réfugiés et migrants car ils sont les plus vulnérables et les plus en difficulté, en particulier quand ils sont seuls et isolés.

5) L’accueil, même limité en nombre au regard d’un objectif de relocalisation au niveau européen (très partiellement mis en œuvre), nécessite une attention particulière. Il exige l’acceptation et l’empathie des communautés nationales d’accueil des enfants et des jeunes migrants et réfugiés qui doivent être pris en charge et protégés.

6) S’agissant de l’étape « après l’accueil », qui est celle de l’inclusion, elle implique l’intégration de ces jeunes et de ces enfants dans les pays qui les reçoivent. Les résultats obtenus sont largement insuffisants. Des programmes à long terme centrés sur l’accueil familial et sur l’école devraient favoriser leur intégration, assurer leur minimum vital, favoriser l’acquisition de connaissances liées à leur nouvel environnement, notamment par l’apprentissage de la langue du pays d’accueil.

7) Un plaidoyer commun des associations engagées dans l’accueil et la défense du droit des enfants et des jeunes réfugiés et migrants est absolument nécessaire en direction des institutions européennes (Parlement et Commission) et du Conseil de l’Europe.

8) Dans ce contexte, le rôle du Réseau européen d’action sociale (ESAN) apparaît indispensable, au coté d’autres réseaux, pour mutualiser les expériences et construire des argumentaires partagés.

 

D’autres rencontres de ce type pourraient être envisagées, qui feraient en quelque sorte fonction d’observatoire des situations et de leur évolution et en même temps seraient des « lanceurs d’alerte » face à des situations humainement inacceptables où les droits des enfants et des jeunes ne sont pas respectés.


Réagir

CAPTCHA